Biographie

Lina Ghotmeh, architecte humaniste

 

Humaniste, ainsi pourrait-on définir l’œuvre et la personnalité de Lina Ghotmeh. Née à Beyrouth en 1980, elle a grandi dans cette ville millénaire et cosmopolite marquée par les stigmates de la guerre. Si elle souhaitait devenir archéologue, ses études au département d’architecture à l'Université Américaine de Beyrouth, l’ont conduites à interroger autrement les traces, la mémoire, l’espace et le paysage en développant ses projets par une démarche profondément durable et a l’approche, selon ses termes, d’une « Archéologie du futur ».  Après avoir obtenu son diplôme couronné par les prix Azar et Areen, Lina poursuit sa formation à l’École Spéciale d’Architecture de Paris où elle devient professeur associé entre 2008 et 2015.  

C’est à Londres qu’elle collabore avec les Ateliers Jean Nouvel et Foster & Partners et qu’elle remporte, en 2005, le concours international du Musée National Estonien. A cet évènement, elle co-fonde l’agence D.G.T Architects  à Paris et mène, alors avec ses associés Dorell et Tane, ce grand Musée National à sa réalisation. Salué unanimement par la presse internationale et prestigieusement récompensé (Grand prix Afex 2016; nominé pour le Prix Van der Rohe 2017), le musée est devenu emblématique d’une architecture avant-gardiste alliant pertinence et beauté du geste.

L’approche de Lina Ghotmeh, empreinte d’une extrême sensibilité, témoigne dans chacune de ses propositions de son regard visionnaire et de son esprit libertaire à l’instar de projets remarqués : Réalimenter Masséna (lauréat de Réinventons Paris) ou encore le complexe de la fondation El Khoury Stone Garden à Beyrouth.

Forte de ses expériences multiculturelles et fortement engagées dans les problématiques de son temps, l’architecte est régulièrement invitée à prendre la parole dans des conférences, des jurys ou des workshops en France et à l’étranger.

Dans le génie de la simplicité et l’élégance de la sobriété, l’architecture de Lina Ghotmeh est prometteuse des formes de demain.

Elle est distinguée par plusieurs prix y compris le prix Ajap en 2008, le prix Dejean de l’académie d’Architecture 2016. 

 

Par Christine Blanchet, Journaliste, historienne de l’Art 

 

Photo © Hannah Assouline

Your browser does not support the canvas tag.